04/09/2017

Coeur ouvert.


Ce n’est pas toujours facile de parler de soi sur un blog, de s’ouvrir de façon publique, et de rester dans une logique de sincérité, d’honnêteté et d’humilité. Ce n’est pas facile non plus de dire à des inconnu-e-s : « je me suis trompée, je pensais que ce que je faisais était la chose à faire, finalement, je me rends compte que je me suis perdue, perdue de vue, perdue tout court ». Et pourtant, c’est ce que je m’apprête à faire ici, très maladroitement, et très timidement.
Avant de me dévoiler, je voudrais adresser à mon amie Pauline, mon immense reconnaissance. Sans son dernier article, je pense que je n’aurais pas eu le courage d’assumer certaines de mes envies. Merci Pauline, grâce à toi, j’ai ouvert les yeux (ou du moins, je me suis vraiment regardée en face), et j’ai trouvé certaines réponses à mes questions. 

Quand j’ai ouvert ce blog (enfin, la version wordpress de ce blog), j’avais envie de parler de bien-être, de lectures, de petits bonheurs, et de jolies découvertes. En concevant mon « image » virtuelle, mon image bloguesque, je me suis beaucoup inspirée de blogs que j’appréciais et qui m’inspiraient. J’ai par exemple décidé de faire des revues de lectures, des bilans culturels, des « ma semaine en images », et des « pause douceurs » (sorte de revue web). Au début, tout cela me plaisait beaucoup, j’aimais ces petits rendez-vous, j’aimais parler de choses qui me rendaient heureuse, j’aimais partager ces petits instants de ma vie. Et puis, très vite, ces rendez-vous sont devenus des obligations : il fallait que je trouve des jolies choses à partager, il fallait que mon quotidien soit original, attrayant et intéressant. Et puis, le pire (enfin, selon moi), il fallait que je lise beaucoup pour pouvoir partager mon avis. C’est devenu pesant, et je me suis éloignée du blog, je ne m’y reconnaissais pas, je ne m’y épanouissais pas.
Puis, j’ai migré mon blog sur blogger, et je me suis rendue compte que toutes ces catégories, ça n’était pas moi. J’ai voulu garder seulement les articles qui parlaient de mes lectures, et bazarder le reste. Alors, c’est ce que j’ai fait. Mais, en reprenant doucement un rythme de blogging (que ce mot est laid), et en me remettant à écrire des articles « lecture », je me suis rendue compte que quelque chose coinçait. Je n’arrivais pas à écrire comme avant, je me trouvais fade, insipide et surtout très artificielle. Alors, j’ai essayé d’écrire vraiment, d’écrire vrai, d’écrire sincèrement. Et je me suis rendue compte que ce qui venait le plus facilement, c’était des mots maladroits, des phrases pas toujours très heureuses, mais des écrits foncièrement sincères.
Parler de moi n’est pas une chose aisée, mais je me prends conscience, avec le temps qui passe, avec les articles brillants de mes amies, et avec l’aide de mes proches, que j’ai changé. J’ai changé, et je suis devenue moi. C’est prétentieux de dire ça, mais je crois que je suis enfin prête à parler « pour de vrai », et à sortir d’un moule dans lequel je rentrais avec difficulté et douleur.
Peut-être que les changements à venir ne plairont pas. Mais j’ai décidé d’être vraie. Même si c’est maladroit, gauche, timide et bancal. En espérant que cette déclaration un peu malhabile ait été assez claire, et que le vrai moi ne vous éloigne pas trop.

(le blog risque de changer un petit peu dans les jours et les mois à venir, à la fois d'apparence, mais aussi de contenu, j'ai l'impression que pour coller au vrai, il faut se défaire de certains artifices)

0 Commentaire

Enregistrer un commentaire